Droit à l'existence: le droit de l'homme pour lequel le peuple chinois a lutté en priorité pendant de longues années

Pour un pays ou une nation, le premier des droits de l'homme est le droit à l'existence, sans lequel il n'est point question d'autres droits de l'homme. La Déclaration universelle des droits de l'homme confirme que toute personne a droit à l'existence, à la liberté et à la sécurité personnelles. Dans l'ancienne Chine, l'agression des impérialistes et l'oppression du féodalisme et du capitalisme bureaucratique faisaient peser une menace constante sur la vie des gens. Les morts causés par les guerres et les famines étaient innombrables. Obtenir le droit à l'existence a été historiquement le premier problème à résoudre en matière de droits de l'homme.

Sans l'indépendance de l'Etat, la vie du peuple ne saurait être garantie. L'existence du peuple chinois était d'abord menacée par les envahisseurs étrangers. Il fallait donc conquérir l'indépendance du pays pour obtenir le droit à l'existence. Depuis la guerre de l'Opium en 1840, la Chine féodale avait été réduite peu à peu à un état semi-colonial et semi-féodal. De 1840 à 1949, les puissances impérialistes, Grande-Bretagne, France, Japon, Etats-Unis et Russie, ont livré des centaines de guerres d'agression contre la Chine, infligeant d'immenses pertes en vies et en biens au peuple chinois.

- Durant les guerres d'agression, les impérialistes se sont livrés à des massacres d'envergure. En 1900, les troupes alliées des huit puissances ont fait du bourg de Tanggu de 50 000 habitants un désert de ruines. 900 000 habitants sur le million que comptait Tianjin ont été assassinés ou ont dû quitter la ville. A Pékin, il était difficile de compter les morts. Rien qu'à la résidence du prince Zhuang, on a trouvé plus de 1 700 victimes. Dans la guerre d'agression déclenchée par les impérialistes japonais en 1937, plus de 21 millions de Chinois ont été tués ou blessés et plus de 10 millions d'autres ont été persécutés jusqu'à la mort. Rien que dans les six semaines qui ont suivi le 13 décembre 1937, les envahisseurs japonais ont massacré 300 000 personnes à Nanjing.

- Les impérialistes ont vendu et assassiné sans scrupule les ouvriers chinois. Du milieu du XIXe siècle aux années 20 du XXe siècle, 12 millions d'ouvriers chinois ont été vendus dans diverses parties du monde. Ces ouvriers kidnappés ou dupés étaient détenus dans des zhuziguan ("porcherie"), et portaient chacun une étiquette sur laquelle figurait l'endroit où il serait vendu. Entre 1852 et 1858, rien que dans les zhuziguan de Shantou ont été détenus 40 000 ouvriers chinois, dont 8 000 moururent. De plus, les puissances impérialistes ont réalisé des records de massacres stupéfiants dans les mines qu'ils exploitaient en Chine. Pendant la guerre d'agression japonaise contre la Chine (1937-1945), rien que dans la région du Nord-Est de la Chine, 2 millions de personnes ont été persécutées jusqu'à la mort. Les morts étaient jetés dans des fosses dont plus de 80 ont été découvertes, où avaient été enterrés plus de 700 000 ouvriers chinois.

- Les impérialistes exerçaient une domination colonialiste, de sorte que le peuple chinois a subi toutes sortes d'humiliations. Il n'était pas question de dignité de la personne. A l'époque, les envahisseurs étrangers, qui jouissaient de l'"extra-territorialité", pouvaient transgresser impunément la loi chinoise. Le 24 décembre 1946, à Pékin, le caporal américain Pierson a violé Shen Chong, étudiante de l'Université de Pékin. Mais le criminel a été unilatéralement déclaré innocent par la partie américaine et libéré. Les concessions où les étrangers possédaient des pouvoirs administratifs, législatif, judiciaire, policier et financier indépendants étaient en fait des "Etats dans l'Etat". En 1885, à l'entrée du parc de la concession française à Shanghai, on lisait sur un panneau "Entrée interdite aux Chinois et aux chiens".

- Plus de 1 100 traités inégaux permettaient aux impérialistes de piller de grandes richesses en Chine. Pendant cent ans, les envahisseurs étangers ont obtenu par ces traités plus de 100 milliards de taëls d'argent d'indemnités de guerre et autres. Les huit traités, comme le Traité de Nanjing, le Traité de Shimonoseki et le Traité de 1901, leur ont permis de piller 1 953 millions de taëls, soit 16 fois les recettes du gouvernement des Qing en 1901, tandis que les Japonais ont pillé 230 millions de taëls d'"indemnités", soit les recettes financières du Japon pendant 4 ans et demi, par le seul Traité de Shimonoseki. Il est difficile de calculer les dommages causés par les destructions et les saccages. Pendant la guerre d'agression japonaise contre la Chine, plus de 930 villes chinoises ont été occupées, ce qui a causé 62 milliards de dollars US de dommages économiques directs et 500 milliards de dollars US de pertes économiques indirectes. Sa souveraineté perdue et ses ressources pillées, le peuple chinois était privé des conditions fondamentales d'existence.

Le peuple chinois a lutté avec acharnement pour le salut national pendant plus d'un siècle. Entre-temps, on a vu se déclencher le mouvement des Taiping, le mouvement du Yihetuan et la révolution de 1911. Ces activités révolutionnaires ont certes porté de durs coups aux forces impérialistes, mais n'ont cependant pas réussi à tirer la Chine de l'état semi-colonial. Il a fallu attendre que le peuple chinois, sous la direction du Parti communiste chinois (PCC), renverse la domination réactionnaire du Kuomintang et que la République populaire de Chine soit proclamée pour que la situation change complètement. Dès sa naissance en 1921, le PCC s'est proposé dans son programme politique de "renverser l'oppression de l'impérialisme international afin de conquérir l'indépendance complète de la nation chinoise", d'"abattre les seigneurs de guerre et d'unifier le pays et d'en faire une véritable république démocratique".

On a fait table rase des forces impérialistes, féodalistes et capitalistes-bureaucratiques. La proclamation de la République populaire de Chine a mis un terme à l'histoire humiliante de plus d'un siècle, pendant lequel la Chine s'était laissée maltraiter et avait connu des guerres et des troubles interminables. L'indépendance et l'unité du pays dont le peuple chinois avait tant rêvé sont alors devenues réalité. La nation chinoise, dont les membres représentent un quart de la population mondiale, ne subit plus d'agression ni d'humiliation. Les Chinois sont désormais debout en tant que maîtres de l'Etat et jouissent de leur dignité d'hommes. La sécurité personnelle des habitants est désormais garantie.

Il fallait cependant encore travailler pour que la vie quotidienne des Chinois soit assurée avant de résoudre définitivement le problème du droit à l'existence.

Manger à sa faim et s'habiller chaudement étaient les exigences minimales des Chinois qui vivaient dans une misère noire depuis de longues années. Dans l'ancienne Chine, les gouvernements, loin de réussir à résoudre ce problème, l'avaient au contraire aggravé. Les propriétaires fonciers et les paysans riches qui ne représentaient que 10% de la population rurale, possédaient 70% de terres, tandis que les paysans pauvres, qui représentaient 70% de la population rurale, ne possédaient que 10% des terres. Les compradors et les bourgeois bureaucratiques qui ne représentaient qu'une partie infime de la population monopolisaient 80% du capital industriel et contrôlaient l'économie nationale. La lourdeur de l'exploitation du peuple chinois par les fermages, les impôts, les prêts usuraires et le capital industriel et commercial était sans égale dans le monde. En 1932, on comptait 1 656 sortes d'impôts et taxes excessifs. Les versements d'impôts représentaient 60 à 90% des récoltes. Les guerres interminables entre les seigneurs de guerre, à quoi il fallait ajouter l'incompétence et la décadence des gouvernements réactionnaires qui trahissaient la nation et servaient les intérêts des puissances impérialistes, concouraient à réduire le peuple à la misère noire. 80% des gens n'avaient pas assez à manger dans l'ancienne Chine. Presque tous les ans, des dizaines voire des centaines de milliers de gens mouraient de faim. Lors des calamités naturelles, les champs étaient couverts de cadavres. Les inondations de 1931 dans l'est de la Chine ont fait plus de 3,7 millions de morts. En 1943, au seul Henan, on a compté 3 millions de morts de faim et 15 millions d'autres personnes vivaient de racines d'herbe ou d'écorces d'arbres. Après l'issue victorieuse de la guerre de résistance à l'agression japonaise, le gouvernement réactionnaire du Kuomintang a déclenché la guerre civile, qui a entraîné l'effondrement total de l'économie nationale. En 1946, on a compté 10 millions de morts de faim dans l'ensemble du pays. En 1947, 100 millions de personnes souffraient de la faim, soit 22% de la population nationale de l'époque.

Après la fondation de la Chine nouvelle, le PCC et le gouvernement chinois se sont attachés en priorité à assurer nourriture et vêtement à tous. En trois ans, le peuple, sous la direction du gouvernemnt populaire, a pansé les plaies des guerres et porté l'économie nationale à un niveau sans précédent dans l'histoire. Sur cette base, on a accompli le passage au socialisme de l'agriculture, de l'artisanat ainsi que de l'industrie et du commerce capitalistes, supprimé fondamentalement le système d'exploitation et mis sur pied le régime socialiste en donnant pour la première fois au peuple chinois la maîtrise des moyens de production et la propriété des ressources du pays. Cela a stimulé l'ardeur des masses populaires pour le développement de la Chine nouvelle, et a permis de libérer les forces productives de sorte que l'économie chinoise a progressé à un rythme sans précédent dans l'histoire. En 1979, on a mis l'accent sur le développement économique, on a lancé la réforme et l'ouverture et on s'est mis à instaurer un socialisme à la chinoise, ce qui a encore promu davantage les forces productives et permis aux 1 100 millions de Chinois de manger et de s'habiller en suffusance. Les terres cultivées de la Chine ne représentent que 7% de celles du monde, soit 1,3 mu (un mu=1/15 d'hectare) per capita, beaucoup moins que les 12,16 mu des Etats-Unis et que la moyenne mondiale de 4,52 mu. Ces terres nourissent cependant 22% de la population mondiale. Certains hommes d'Etat occidentaux avaient affirmé catégoriquement qu'aucun gouvernement chinois ne serait capable d'assurer leurs trois repas par jour aux Chinois. La Chine socialiste y est cependant parvenue par ses propres moyens. Ces quarante dernières années, bien que la population chinoise ait augmenté de 14 millions d'habitants par an, on a constaté une croissance notable de la consommation annuelle per capita des principaux articles d'usage courant. Selon une étude sur échantillons, la quantité de calories qu'un Chinois absorbe par jour est passée de 2 270 grandes calories en 1952 à 2 311 en 1978. Elle était de 2 630 grandes calories en 1990, proche de la moyenne mondiale.

Grâce à l'amélioration de leur état de santé, l'espérance de vie des Chinois est passée de 35 ans avant la fondation de la Chine nouvelle à 70 ans en 1988, ce qui est supérieur à celle des pays à revenus moyens. Le taux de mortalité est tombé de 33‰ avant la fondation de la Chine nouvelle à 6,67‰ en 1990, un des chiffres les plus bas au monde. En 1987, le taux de mortalité infantile était de 31‰, ce qui rapproche la Chine du niveau des pays à revenus élevés. La constitution physique des Chinois, notamment des adolescents, s'est beaucoup améliorée. Par rapport à la période de 1937 à 1941, la taille des garçons de 15 ans a augmenté de 1,8 cm en 1979, leur poids de 2,1 kg; la taille des filles du même âge a cru de 1,3 cm, et leur poids de 1 kg. Après 1979, la constitution physique des Chinois a continué à se renforcer nettement. L'étiquette de "malade de l'Asie orientale" qui avait été collé à la Chine appartient depuis longtemps au passé.

Comme les Chinois ont de quoi manger et s'habiller, leur droit à l'existence est garanti. C'est un résultat historique que le peuple et le gouvernement chinois ont obtenu en luttant pour les droits de l'homme et en les garantissant.

Dans la Chine actuelle, la protection du droit à l'existence et l'amélioration des conditions de vie continuent à être un problème primordial. Comme la Chine est encore un pays en voie de développement et que sa puissance reste encore relativement faible, sauvegarder l'indépendance et la souveraineté du pays et les mettre définitivement à l'abri de toute menace impérialiste continuent à être les conditions fondamentales de l'existence des Chinois et du développement économique. Bien que la Chine ait réussi à assurer nourriture et habillement à sa population, le niveau de développement économique reste encore bas et le niveau de vie des habitants encore beaucoup inférieur à celui des pays développés. Le lourd fardeau démographique et la faiblesse des ressources per capita entravent le progrès économique et l'amélioration du niveau de vie. Des troubles ou d'autres catastrophes peuvent menacer d'un moment à l'autre le droit à l'existence de la population. Les Chinois ont donc comme aspiration fondamentale et le gouvernement chinois comme tâche pressante de maintenir la stabilité de l'Etat, de poursuivre la réforme et l'ouverture, de s'attacher à développer les forces productives et l'économie nationale afin d'augmenter la puissance du pays, d'atteindre la moyenne aisance et enfin de mettre le droit à l'existence à l'abri de tout danger.

Copyright © by CHINE EUROPE PROMOTION INTERETS Developped by ShengJia WANG