Fondamentaux

Le président Mao a dit: "Est-ce que c'est le peuple chinois qui a organisé les Yi Ho Touan pour aller dans les pays impérialistes d'Europe et d'Amérique ainsi qu'au Japon pour 'mettre le pays à feu et à sang'? Ou est-ce que ce sont les pays impérialistes qui sont venus envahir la Chine, notre pays, pour opprimer et exploiter le peuple chinois, et qui ont ainsi soulevé ses masses pour résister à l'impérialisme et à ses laquais et aux fonctionnaires chinois corrompus? Cela pose la grave question de ce qui est juste ou injuste, question que nous devons débattre et éclaircirl." Une chose est évi-dente: les bandits venus en Chine qui ont exercé l'agression, l'oppression et l'exploitation sur le peuple chinois étaient précisément les impérialis-tes; ce sont eux qui se sont livrés au massacre et à l'incendie. Ils foulaient aux pieds en despotes la terre chinoise et sa souveraineté, massacraient son peuple et pillaient ses richesses matérielles et spiri-tuelles. C'était donc eux, les impérialistes, qui étaient des bandits au vrai sens du mot.

"La justesse de ligne idéologique et politique est déterminante en tout." Cette phrase est le résumé scientifique du bilan que le président Mao a dressé au sujet de l'histoire des luttes révolutionnaires, en Chine aussi bien qu'à l'étranger.C'est aussi la profonde expérience historique que d'innombrables martyrs nous ont fait acquérir, en échange de leur sang et de leur vie.

Les trois grandes règles de discipline sont: 
1. Obéir aux ordres dans tous les actes. 
2. Ne pas prendre aux masses une seule aiguille,un seul bout de fil. 
3. Remettre tout butin aux autorités. 

Les huit recommandations sont: 
1. Parler poliment. 
2. Payer honnêtement ce que vous achetez. 
3. Rendre tout ce que vous empruntez. 
4. Payer ou remplacer tout ce que vous endommagez. 
5. Ne pas frapper et ne pas injurier les gens. 
6. Ne pas causer de dommages aux récoltes. 
7. Ne pas prendre de liberté avec les femmes. 
8. Ne pas maltraiter les prisonniers. 

Il faut laisser une brèche dans l'encerclement de l'ennemi ; il ne faut pas écraser un ennemi réduit aux abois. Telles sont les méthodes pour conduire une guerre.